Sélectionner une page

Intelligence Artificielle, entre idéalisation et appréhension

L’intelligence artificielle s’est installée dans notre quotidien depuis déjà plusieurs années, correcteurs orthographiques, algorithmes de saisie automatique, robots, big data… adorée par certains, décriée par beaucoup, on la considère capable de meilleures décisions que l’humain, on la redoute destructrice de nos emplois. Entre bienfaits et zones d’ombre, tous intrinsèquement liés à son évolution, quels sont réellement ses apports et ses limites ?

________Loin d’une super-intelligence motivée par l’idée de détruire son créateur, l’intelligence artificielle est le produit né des développeurs. Spécialistes en Data Science, ils définissent les règles de fonctionnement qui régissent son quotidien. Aujourd’hui non-intelligente au sens propre, l’intelligence étant encore réservée aux êtres pensants doués d’aptitudes intellectuelles, l’intelligence artificielle est au stade de l’automatisation comme l’illustre le challenge posé par Elon Musk au monde de l’e-sport. Le programme développé par OpenAI, organisation cofondée par l’homme d’affaires à l’initiative de Paypal, Space X et Tesla, a défié et battu les meilleurs joueurs pro de la licence MOBA Dota 2 après seulement 6 mois d’apprentissage du jeu vidéo. Un exploit depuis Big blue !

Destruction ou création, le bras de fer continue

 

Intelligence artificielle, creation ou destruction________On prédit que l’intelligence artificielle va détruire de nombreux emplois, peut-être davantage qu’elle ne va en créer. Les premiers à en souffrir seraient les professions les moins qualifiantes, les plus facilement automatisables à l’image des entrepôts Amazon.

________Le monde évolue et vite, le secteur IT aussi, porté par les SMACS,  avec 1 cadre recruté sur 5 en 2017 selon l’Apec. Une étude menée par le Think Tank Californien et Dell projette que 85% des métiers de 2030 n’existent pas encore et ils seront en grande partie en lien avec les nouveaux besoins en technologies des entreprises. Qui parlait de Devops et de Craftmanship il y a seulement 5 ans ?

Recrutement n.0

 

________Si le marché de l’emploi doit s’attendre à de grands bouleversements, le monde du recrutement ne sera pas épargné par la disruption à venir. Appliqués au recrutement prédictif, des outils d’aide à la décision verront bientôt le jour pour mieux cerner les profils et permettront de faire le meilleur choix à la fois pour l’employeur et le demandeur.

________Bien que l’Apec précise dans son étude que le taux d’erreurs de casting sur la population cadre reste stable depuis 25 ans à 17% malgré les avancées technologiques, il apparaît évident que dans un futur proche et sur la base des métadonnées, l’intelligence artificielle, entraînée à l’identification de « soft skills », permettra de recruter les candidats qui s’épanouiront davantage dans leur entreprise.

L’intelligence artificielle sera-t-elle objective ?

 

_Intelligence artificielle_______On ne peut prêter aucune intention à l’intelligence artificielle. Ni bienveillante, ni malveillante, elle reproduit sans discernement ce qu’on lui enseigne. Quand une voiture écrase une passante, c’est qu’elle a été mal programmée. Il reste essentiel de vérifier les schémas de décision et de contrôler les données, matière grise de l’intelligence artificielle. Cette tâche revient à l’humain qui doit s’efforcer de rester objectif pour la réaliser et responsable en définissant le seuil « humainement » acceptable d’un risque résiduel inhérent au choix de conception.

________De nombreux biais peuvent être générés dans le processus de Machine Learning. En matière de diversité, le logiciel de recrutement intelligent d’une entreprise qui cherche à identifier les meilleurs profils peut valoriser une population spécifique sur la base de la représentation majoritaire dans l’entreprise et ainsi accentuer une tendance. De même, ne mesurer que la productivité sans évaluer la créativité ou la satisfaction client n’a pas grand sens. Tout est question de paramétrages.

La collaboration Homme-Machine pour le meilleur

 

Collaboration Homme Machine________Quelle serait la plus-value d’un algorithme d’analyse de ventes de paires de lunettes de soleil qui n’interpréterait pas la saisonnalité ou la météo ? Il conclurait à tort que la hausse des ventes du mois de juin est liée à une meilleure performance des équipes de ventes ou des displays. Le rôle de la machine est de mesurer l’importance des variables, l’humain est seul à même de les déterminer. A l’heure de la compétitivité, de l’agilité et de la co-création, c’est ce concours Homme-Machine qui permettra à l’humain de s’élever.

________La capacité d’évolution de l’intelligence artificielle passe par l’humain et ses apprentissages. C’est en qualité d’expert métier que nous pouvons influer sur la formation des IA pour leur enseigner les savoir-faire propres aux opérationnels (RETEX, feedback). De plus, nos progrès et notre montée en compétences vont permettre à nos outils d’évoluer et ce faisant, nous bénéficierons des plus-values de cette collaboration. Notre aptitude à identifier les améliorations pour se consacrer à de nouvelles problématiques fait de nous des acteurs incontournables pour le perfectionnement des outils et l’évolution de notre travail.

Se former pour le futur

 

________Aujourd’hui, l’intelligence artificielle se limite à l’apprentissage de modèles sur fond de métadonnées, le contrôle de ces données, la mise en place des processus, les tests et le paramétrage incombent à l’humain, mais à l’humain formé. C’est dans cette logique de formation qu’Astek œuvre à la démystification par le savoir auprès des plus jeunes pousses du Groupe en stage à l’Innovation Lab.

Je fais partie de la fameuse « équipe tondeuse » qui travaille avec zèle à développer une tondeuse de jardin autonome. Composée de 8 ingénieurs en herbe, nous concevons un prototype de véhicule à quatre roues, associant les technologies de SLAM, de détection d’obstacles, de reconnaissance d’objets et plus encore, pour lui permettre de naviguer dans un environnement inconnu de manière autonome. Son bon fonctionnement nous conduira à l’implémentation sur la vraie tondeuse de type autoportée qui devra être capable d’apprendre le parcours à suivre par deep-learning lors d’une première séance de tonte manuelle.

Hyppolite F. en stage à Boulogne-Billancourt – Télécom Physique Strasbourg

Actuellement, je travaille sur les smart contracts appliqués à un smart grid local. Le domaine de l’efficacité énergétique et ses enjeux me passionne particulièrement. De plus, fusionner la technologie des smart grids et celle de la blockchain est un enjeu moderne. Le projet consiste à permettre aux habitants d’un quartier de s’échanger intelligemment les flux qu’ils produisent et consomment en énergie verte en toute sécurité, sans fraude et le plus simplement possible à tout heure de la journée et de la nuit.

Jennifer X. en stage à Boulogne-Billancourt – ESILV

Innovation Lab

Conclusion

 

________Ne penser qu’au travers de la technologie serait une erreur, il faut éviter une construction en boîte noire qui ne reviendrait qu’à se limiter à elle. Les générations Y et Z cherchent à interagir de plus en plus avec l’entreprise, et bien que technophiles, ils sont loin de vouloir discuter de leur recrutement, de leur évolution ou de leur augmentation avec pour seul intermédiaire un chatbot. Un environnement humaniste demeure le principal moteur d’épanouissement et de bien-être au travail.

________A l’heure de l’obsolescence rapide des compétences, l’agilité intellectuelle et la créativité ainsi que l’aptitude à la remise en question deviennent des compétences que chacun se doit de cultiver. Enfin s’il reste des sceptiques ou des inquiets qui craignent que l’intelligence artificielle supplante l’intelligence humaine, qu’ils utilisent la leur pour réfléchir à cette citation de Charles Darwin : « Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements.”.

En savoir plus sur l’Intelligence Artificielle

 

Précédent

Suivant

Share This

Vous avez aimé ce contenu ?

Partagez-le à votre réseau

Astek Mag Footer