Astek Lab’ : la Blockchain, nouveau symbole de disruption ?

BB1

Quand on parle de Blockchain on pense au Bitcoin, cette monnaie cryptographique reconnue légale par la Cour de Justice Européenne en 2015. Et si la Blockchain et le Bitcoin sont régulièrement confondus, le second ne peut exister sans le premier…
sans réciprocité !

________La Blockchain et le Big Data sont deux visions du stockage et de l’utilisation des données, deux modèles d’interconnexions et de communications. C’est pourquoi l’Astek Innovation Lab’, laboratoire catalyseur d’idées novatrices et incubateur de talents du Groupe Astek, s’intéresse de près à cette technologie. Nos experts se sont emparés de ce sujet pour explorer l’émergence des nouveaux usages d’aujourd’hui et de demain révélés par les avancées numériques de pointe, dans le but de modéliser puis d’expérimenter de nouveaux systèmes qui apporteront aux clients du groupe des solutions de rupture à très forte valeur ajoutée.

La Blockchain en quelques mots

________C’est une technologie open source de stockage et de transmission d’informations. Une base de données publique, inaltérable, anonyme et régie par un fonctionnement démocratique. Son génome se séquence en trois parties. Elle est transparente : toutes les transactions sont inscrites et accessibles de tous à tout moment. Elle est distribuée : sans organe de contrôle, partagée entre ses différents utilisateurs et maintenue à jour collectivement. Elle est sécurisée : le corollaire de ses deux spécificités.

Par conséquent, elle est une affaire de confiance, née de la communion de la dématérialisation progressive de la monnaie et de la crise de confiance envers toute forme d’élitisme et de régulation.

________Cette technologie se base sur le modèle « Peer-to-peer » en s’affranchissant de tout serveur central et permet à un utilisateur d’enregistrer une transaction avec un autre utilisateur via le réseau et directement sans intermédiaire.

Mais d’où vient cette curieuse idée de « chaîne de blocs » ?

________Depuis sa création, tous les échanges sont tracés et toutes les transactions sont enregistrées sous la forme de blocs de données horodatés. Ils se suivent dans l’ordre chronologique et forment ainsi littéralement une chaîne de blocs.

BB5

________Cette chaîne est réputée sécurisée grâce à l’algorithmie cryptographique qui la sous-tend. En effet, les informations présentes sont simplifiées et codées, chaque bloc possède la signature digitale (« hash ») du précédent et sa diffusion « transparente » rend toute tentative de falsification par un tiers immédiatement visible par altération de la concordance des données.

Tiers de confiance : concurrents ou complémentaires ?

________A elle seule, la Blockchain remet en cause le rôle traditionnel des tiers dits de confiance. L’un des enjeux pour les acteurs affectés par l’émergence de cette nouvelle technologie est de l’intégrer avant qu’elle ne se substitue à eux. Beaucoup pensent déjà que ce qui a été fait avec le Bitcoin peut s’appliquer à de nombreux autres domaines.

________Le rôle du notaire est d’ores et déjà remis en question.

________Directement touchées, les banques se l’approprient en développant des blockchains internes pour automatiser leurs procédures et réduire les intermédiaires au sein de leur organisation, véritable gain de temps et de coûts. Elles profitent également de la transparence offerte pour rapidement détecter les actes de piratage.

________Outil irréfutable et universel, la Blockchain s’illustre comme moyen anti-fraude absolu. A terme, elle permettrait la certification des diplômes, la possibilité de voter sur internet sans contraintes logistiques, l’authentification des œuvres d’art, et éviterait la contrefaçon pour tous les produits de luxe.

________Ubériser l’ubérisation elle-même. Les plateformes de nouvelle génération telles qu’Uber, AirBnB ou Blablacar devront-elles revoir leur modèle économique ? La Blockchain serait la solution face aux plateformes qui imposent leur politique aux utilisateurs par leur rôle de mise en relation entre l’offre et la demande. Mais la Blockchain tend à bousculer cette organisation qui ne permet guère de négociations et rend caduque l’intervention de ces tiers de confiance en leur substituant un réseau totalement distribué liant directement la demande aux créateurs de valeur.
BB4

L’économie deviendrait réellement collaborative

________Parmi tous les usages, le partage d’utilisation est celui qui à ce jour est le mieux identifié. Tous les actifs sous-utilisés seront transformés en revenus : covoiturages, places de parking, appartements temporairement vides…

________Plus largement, cela toucherait la propriété intellectuelle. Sans considération pour la valeur-ajoutée d’un intermédiaire, la Blockchain peut séduire les créateurs culturels en leur assurant une rémunération directe et transparente.

________Dans le domaine médical, ce serait un moyen de redonner le contrôle aux patients sur leurs données personnelles. Les axes de développement dans l’e-santé restent encore à exploiter notamment sur la démocratisation de la téléconsultation qui vise à pallier le manque de médecins.

________On parle également de crowdfunding 3.0, où la Blockchain se substitue aux régulateurs actuels qui se rémunèrent à hauteur de 5 à 8% en moyenne sur les sommes collectées, ce qui réduit drastiquement ces coûts de mise en relation.

________Nouveau-nés du 21ème siècle, Blockchain et Objets connectés peuvent travailler de concert. Les objets connectés communiqueraient entre eux directement suivant une transaction de confiance de pairs à pairs, d’objets à objets.

Un objet connecté pourrait décider de l’achat d’actifs nécessaires à son fonctionnement ou à celui de son écosystème. Une ampoule connectée commanderait sa remplaçante dès les premiers signes de fin de vie et la Blockchain stockerait les transactions entre l’objet connecté et la Marketplace.

Les contrats intelligents : valeur ajoutée pour les entreprises

________L’avènement de ces usages de pairs à pairs est rendu possible grâce aux contrats intelligents, véritables sources de confiance. Ces logiciels autonomes s’exécutent automatiquement une fois que les conditions du contrat, définies au préalable par les parties, sont remplies. Ils représentent une nouvelle génération de contrats : simples, fiables, peu onéreux et sécurisés.Blockchain smartcontracts Astek

Et les implications futures pour les entreprises sont déjà quantifiables : réduction des délais de paiement, diminution du risque d’erreurs et de contentieux, réduction des coûts liés à l’automatisation contractuelle (coûts de vérification, d’exécution, d’arbitrage et de fraude…).

________A titre d’exemple, on peut imaginer que des clients d’une compagnie aérienne soient indemnisés automatiquement dès l’annonce de l’annulation ou d’un retard selon leur assurance voyage. Les contrats intelligents signent ainsi l’économie de tous les frais de gestion des demandes de remboursement et l’efficacité accrue des services de relation clients.

Les 4 paradoxes de la Blockchain

  • ___Les nœuds du réseau (appelés mineurs) qui valident les transactions sont choisis selon leur puissance de calcul et rémunérés en fonction. La distribution de la Blockchain est donc basée sur la centralisation d’une puissance informatique.
  • ___Si elle apporte une réponse au problème de sécurisation que connait le Big Data, la sécurité inhérente à son fonctionnement démocratique peut se révéler illusoire et compromettre son intégrité si une majorité des utilisateurs s’avèrent corrompus.
  • ___Elle est immuable. Depuis sa création, toutes les informations sont cryptées et inscrites, il n’y a donc aucune suppression d’informations. Cela pose un problème de stockage à long terme. Qu’en est-il du droit à l’oubli ?
  • ___Elle se veut inaltérable et irréversible. Qu’adviendrait-il si les revendications inscrites dans les registres étaient frauduleuses ou simplement erronées ? Alors que la Blockchain bouscule le rôle des tiers de confiance, aurait-elle finalement besoin de garants ?

________Bien qu’on lui reconnaisse unanimement son potentiel, et malgré une recrudescence des investissements et des travaux de proof of concept, la Blockchain n’en est qu’à ses débuts et tend progressivement à devenir la technologie que certains annoncent déjà comme la nouvelle révolution numérique majeure depuis Internet.

__

Astek Lab’ : la Blockchain, nouveau symbole de disruption ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*