Sélectionner une page

Edge Computing, si vous sortiez la tête des nuages

Pour augmenter leurs profits, leur production et leur performance, les entreprises de tous les secteurs se sont tournées vers le principal levier de croissance de ces dernières années : la transformation digitale. Et tandis que le Cloud Computing, catalyseur majeur de cette transformation s’installe dans les entreprises, le Edge Computing (gestion des données en périphérie du réseau) devient rapidement le nouvel élément clé pour accélérer l’innovation technologique autour de l’Internet des Objets.

 

Quand la transformation digitale se met à jour

 
Insights en temps réel

Alors que le Cloud Computing repose sur une concentration des capacités de calcul dans un but économique, l’architecture Edge Computing privilégie la décentralisation du traitement des données dans un but de performance. Le Edge Computing est une nouvelle façon de penser les usages au plus près de ces derniers.

Depuis les années 60, l’informatique a suivi des périodes successives de centralisation et de décentralisation (mainframeclient/servermobile/cloudEdge – Fog). Le curseur s’est déplacé d’un extrême à l’autre car aucune des deux architectures n‘est optimale. Dernièrement, l’évolution dans la consommation des données conduit à ce nouveau revirement.

 

Un monde toujours plus connecté, toujours plus rapide

 

Si la puissance analytique générée par les centres de données dans le Cloud surclasse les autres technologies, l’arrivée de l’Internet des Objets (smart city, smart home, smart car…) ou de la Réalité Virtuelle (formation, divertissement, CAO*…) ont démontré l’inadéquation croissante avec nos besoins utilisateurs. En effet, le volume de données produites par les milliards d’objets connectés vers lequel nous évoluons s’annonce trop important pour les réseaux traditionnels autant en termes de flux que de temps de réponse.

Edge Computing 1

Une voiture connectée, un centre de données qui roule. Un drone, un centre de données qui vole. Un robot, un centre de données qui assiste. Un navire, un centre de données qui flotte.

 

La centralisation des données, dans « le nuage » ou non, requiert de la bande passante. A mesure que nous créons des objets toujours plus complexes, ils engendrent d’énormes quantités de données qui tendent à saturer les réseaux. Une voiture autonome produira 1 giga bytes d’informations par seconde, un Boeing 747 produira 5 giga bytes par seconde, et d’après CISCO une smart city d’1 million d’habitants devrait produire jusqu’à 2 tera bytes de données par seconde !

Intégrer plus d’intelligence (logiciels embarqués, interopérabilité M2M…) dans les objets et permettre l’analyse et le traitement de l’information à leur échelle de manière autonome, rationalise en flux maîtrisés les données à destination du Cloud, déchargeant ainsi les infrastructures.

Edge Computing 2

L’ Edge Computing promet la prise de décision automatisée en temps réel

 

Dans de nombreux domaines, notamment la finance, la sécurité, l’automobile, la vitesse de traitement des données est déjà critique. Si une voiture autonome doit prendre une décision en temps réel (ex : freinage d’urgence, trajectoire d’évitement), la capacité de réaction du véhicule doit tendre vers l’instantané. Les données n’ont tout simplement pas le temps d’un aller-retour jusque dans les nuages, encore moins d’être prises dans les embouteillages du réseau.

Avec le Edge Computing, la latence est réduite car l’information nécessaire à l’action/réaction est traitée en bout de chaîne, directement au sein des objets (capteurs, machines…), et seules les informations utiles au Cloud ou qui peuvent être traitées à posteriori y sont acheminées. Renvoyer systématiquement toutes les données dans le Cloud peut se révéler dangereux dans certaines situations ou priver de valeur ajoutée chaque fois que le facteur temps est essentiel à la prise de décision, à l’expérience utilisateur ou à la génération de profits.

 

Le Edge Computing remplacera-t-il le Cloud Computing ?

 

Pour ceux qui voient déjà le Cloud disparaître, aucune infrastructure informatique ne disparaît jamais complètement. Malgré les révolutions IT successives, les mainframes et les architectures serveur/client existent toujours car ces technologies sont toujours en adéquation avec les besoins présents. L’Intelligence Artificielle et le Machine Learning restant encore des spécificités du Cloud, il restera incontournable.

Le Cloud Computing et le Edge Computing sont finalement deux concepts très complémentaires. Le premier est plus adapté à la gestion centralisée et sécurisée d’énormes volumes d’informations, le second à la gestion de données avec de fortes contraintes de temps. Cependant, le Edge Computing répond mieux aux exigences actuelles avec le souci d’une moindre pollution endémique des flux croissants d’informations.

*CAO : conception assistée par ordinateur

 

En savoir plus sur le Edge Computing

 

Précédent

Suivant

Share This

Vous avez aimé ce contenu ?

Partagez-le à votre réseau

Astek Mag Footer